Commentaires sur La voix de Rosemary

Douce, envoutante, grave, chaude, ronde, fifties, à donner le frisson dès qu’elle s’élève à capella…

P1040241

P1040242

P1040243

P1040267

Un moment de pur bonheur dans l’univers de la famille Moriarty que l’on attend toujours avec impatience et qui à nouveau ne déçoit nullement…

P1040268

Une setlist illustrée par Zim et par laquelle Arthur nous invite à les retrouver à Québec dans un standing theater cer je trouve toujours dommage d’être assis lors d’un concert…

Commentaires sur C’est bon, c’est beau, c’est Boco !

Un passage à Paris et une grande envie d’essayer cette adresse testée par notre Banc Moussu national…

P1040328

On choisit ses bocaux parmi les entrées, plats ou desserts, ou on opte pour le menu du jour à 15 €,

P1040324

on nous réchauffe ce qui doit l’être en nous donnant un amusant boitier rond qui devient tout rouge multi clignotant lorsque c’est prêt. Entre temps, on s’est cherché une place, pas facile à trouver il est 13 heures, et on s’installe sur la banquette en se glissant entre deux tables (on est alors contente de rentrer dans un jean taille 28 !) pour commencer ce repas,

P1040325

saveurs marocaines de Vincent Ferniot (et tiens, le voilà justement qui rentre dans le restaurant), puis douceur de Noël préparée par Christophe Michalak… Et qui s’installe face à notre proche voisin ? Vincent Ferniot qui lui accorde une interview. Car notre voisin vient de Lausanne et prépare un guide du bio en France. Je sais, ça ne se fait pas d’écouter aux portes, mais je n’ai pû qu’entendre leur conversation si proche… 

Et savoir ainsi que Vincent Ferniot et son frère Simon, les concepteurs du lieu qu’ils appellent fast-food, sont des fous de cuisine. Que c’est Simon, bien plus attentif sportif (euh… ça se voit un peu. Les mêmes yeux mais les silhouettes genre Laurel et Hardy) qui tenait à allier alimentation et santé, donc bio. Que Vincent, grâce à ses 25 années de chroniques culinaires, avait eu la chance d’avoir dès le début la confiance de chefs étoilés. 

P1040321

Que les plats sont réchauffés à la vapeur ou à la chaleur tournante. Que tout est bio. Que d’autres Boco vont voir le jour…

P1040323

Bref, on se régale. Et la cerise sur le bocal, c’est le sourire de Vincent Ferniot, lorsqu’on lui dit être ravie d’avoir si bien déjeuné ici. Il ne manque pas alors de nous inviter à rejoindre sa page FB !

P1040327
BOCO, 3 rue Danielle Casanova, Paris 1er

Voilà, c’est fait ! Joyeux Noël gourmand à vous aussi Messieurs !!!

Commentaires sur Digoin et barbotine

Le samedi sous les platanes… Digoin !

P1040333

L’ennui me dit la vendeuse, il y a neuf sous-tasses pour six tasses… (Super, me dis-je alors, je vais avoir des sous-tasses pour les trois tasses chinées ICI !)… Mais je laisse poindre ma déception…

P1040334

Le dimanche dans les rues du village… Digoin…

P1040335

Ce n’est pas le prix marqué... Pas 50 centimes ? Non, 20 ! Encore mieux, c’est un peu folie (j’hésitais, ce ne sont vraiment pas mes couleurs Digoin) mais je vous la prends !

Digoin, donc, et barbotine !

P1040336

Que voulez-vous, j’ai parfois du mal à résister…

P1040337

 

Commentaires sur Délire couturesque…

Vous le savez, j’ai trouvé un exceptionnel morceau de tissu sirène ICI… Non seulement, il est beau (tss, tss, oui, oui il est beauuuu) mais en plus il s’assemble facilement et n’a pas besoin de surfilage… Le rêve, vous dis-je!

Alors j’ai fait des pochons ronds, modèle hyper simple, un rond pour le fond, un rectangle pour la hauteur et le repli afin de passer un lien réalisé dans mon extraordinaire tissu, un morceau de dentelle noire à sequins… Et quelques coutures plus loin… Hop ! le pochon !

P1040213

Ou une pochette, c’est un peu moins simple…

P1040219

Mais je suis allée plus loin… J’avais teint quelques tissus ICI… Alors pourquoi pas un mix des deux ?

P1040212

P1040215

Tissu monogrammé chiné teint + tissu sirène = pochon rock n’roll à glisser dans une valise pour un WE à Saint-Trop ou Saint-Barth…

OU

P1040218

Tissu teint + tissu sirène = tablier bling-bling pour les soirs de réception !

Commentaires sur C’est la Saint Nic !

A la Saint Nicolas, dans le nord, les étudiants défilaient en un long monôme, se lançaient oeufs et farine. Les étudiantes se défendaient à coup de mousse à raser. Tout ce beau monde terminait la journée au zinzin du palais Rameau… 

Pendant ce temps, ma petite soeur écoutait…


J’ai rencontré Saint-Nicolas 

Elle avait même l’album entier de Karine et Rebecca… Un florilège de chansonnettes bien gentilles pour petites filles bien sages !

Commentaires sur Trouvailles sous le soleil…

Deux petits vide-greniers, sympa avec des objets étranges (un christ en croix dans une barque catalane, un tableau en ministeck cotoyant des tasses orange et marron à la peinture dégoulinante, un carnet de croquis de belle facture dont plusieurs pages sont remplies d’animaux tracés d’un seul trait à la manière des chevaux de Picasso, un éléphant en bois articulé comme une marionnette…) et la température qui montait doucement au cours de la matinée… Craquage raisonnable pour du tissu écossais croqué, blanc monogrammé ou chatons appliqués, craquage on-sait-jamais-,-décorer-une-bougie-peut-être pour deux pièces percées 10 centimes de 1922 et 1939, craquage vivement-l’été pour un éventail aux douces couleurs, craquages coup-de-coeur pour deux petit tom d’Alain GRÉE (un sur chacun des VG !)

VG 2011