Commentaires sur T.M.B. La dernière grimpette…

Un peu de nostalgie ce matin tôt en quittant le refuge… Notre dernière grimpette et le retour à la civilisation le midi même… Nous laissons les prés parsemés de colchiques où paissent des vaches noires, pour monter directement en lacets serrés dans la forêt, à la fraiche…

P1030141

P1030148

P1030146

Nous laissons le glacier sur notre gauche, le col de La Balme, l’ultime grimpette que nous effectuons avec nos petits mollets maintenant très musclés, se profile déjà au loin…

P1030147

P1030150

Le col de la Forclaz où nous aurions également pu passer la nuit nous parait loin en contrebas, aux Herbagères nous admirons les étables aux toits de lauze parfaitement rénovés.

P1030151 P1030153

CIMG5008

Nous retrouvons le Mont Blanc, versant français, et la vallée de Chamonix. Le panorama est vraiment sublime et le bleu du ciel nous récompense largement de nos efforts !

P1030156

P1030174

P1030160

P1030161

P1030163

Un dernier petit café, les dernières victuailles à se partager… Petit Lu, Pierrot Gourmand, chocolat suisse qui bouclent également leur TMB… Enfin dans nos estomacs…

P1030171

P1030170

car il nous faut regagner le point de départ. Enchainement de moyens de locomotion, télésiège, télécabine, bus, train, taxi… Nous regrettons de ne pas avoir ces quelques jours supplémentaires qui nous auraient permis de parcourir cette belle vallée…

P1030175

En bas du télécabine, je retrouve avec plaisir le petit village savoyard du Tour, découvert l’an dernier.

P1030180

P1030177

P1030181 P1030183

P1030186 P1030182

En attendant le bus, un croquis dans mon carnet.

P1030208

Chamonix attend les 2300 coureurs de l’Ultra Trail et Saint-Gervais nous accueille avec 39°.

P1030192

P1030197

P1030196

P1030199

P1030200

Dans la voiture, ouf, les mirabelles oubliées au départ n’ont pas fermentées et nous les dégustons en guise de déjeuner-goûter… J’avais eu le temps d’imaginer la pire issue pour ces pauvres fruits et les affaires laissées à leur côté dans le sac ! Encore un dernier arret et dégustation immédiate en Savoie…

P1030205

P1030204

Dénivelé à la louche du jour D+ 905m  D- 20m  , de la totalité D+ 5350m  D- 4435m

Le plus important est que nous sommes meilleurs amis que 8 jours plus tôt !

Merci aux 3 wowos* qui m’ont guidée, accompagnée, supportée… et à chacun d’eux en particulier !
*wowos = zozo en langage intuitif de certains textos

Commentaires sur T.M.B. Arpette mythique

Il est une variante mythique dans le Tour du Mont Blanc. Tout randonneur vous le dira, la Fenêtre d’Arpette se mérite pour les chanceux (ce matin-là, Daniel, qui en est à son troisième TMB, rencontré, croisé et recroisé moult fois depuis le premier soir a longuement hésité à s’élancer, mais l’état de ses orteils ne lui a pas permis de réaliser son rêve, déçu les deux premières fois à cause de la mauvaise météo). 1041m de montée d’un coup d’un seul et le beau temps absolument nécessaire pour cette grimpette qui traverse un chaos de gros rochers.

P1030072

P1030074

P1030075

I did it  ! est généralement exprimé avec grande satisfaction à l’arrivée. Personnellement, l’ami Pierrot Gourmand qui voyage avec moi depuis le début nous récompense de nos efforts

P1030082

Au sommet, nous nous offrons un peu de hauteur supplémentaire pour aller admirer le glacier du Trient.

P1030080

Lors de la descente, le temps se couvre, et le soleil joue avec le relief du glacier qui nous captive.

P1030099

P1030094

P1030097

P1030096

P1030105

P1030108

P1030104

P1030104

Un peu plus bas,

P1030116

une halte délassante… enfin, une fois passé le moment de saisissement…

P1030122

Mais il nous faut encore descendre, s’arréter pour déguster framboises et fraises des bois, avant d’atteindre le charmant village de TRIENT, et même le bas du village afin de trouver notre gîte. Au passage, petite photo d’un potager en bord de route dans le village…

P1030127

P1030128

P1030130

La lumière vespérale est bien douce…

P1030137 P1030135

P1030138

Dénivelés à la louche, du jour D+ 1050m  D- 1380m, cumulés depuis le départ D+ 4445m  D- 4425m

Commentaires sur T.M.B. La montagne cool et fruitée

Une journée de rêve se profile toujours sous le ciel bleu… Que de la montée, pas de descente… et un peu de bus !!!

P1030038

P1030039

Une journée qui commence par des odeurs de cannelle lorsque nous quittons le refuge. Les gardiennes viennent d’enfourner la tarte au pruneaux (en fait quetches, mais pruneaux en suisse)… pour le diner que nous n’aurons pas… J’en rêve et en salive encore des heures après en marchant !

P1030040

100m de dénivelé négatif à pied quand même pour atteindre la Fouly… Chez Maurice et Mauricette,

P1030042 P1030045

malgré l’heure matinale et le petit déjeuner pas loin, arrêt chocolat chaud, tarte aux myrtilles et tarte à la rhubarbe servies avec de la crème (étonnez vous ensuite, qu’à la fin du séjour j’accuse un kilo de plus !). Ce sera le bus (toujours pressé par le temps…) que nous attendons chacun à sa manière,

CIMG4942

dont le nom et le look nous enchantent,

P1030060

et qui nous fera parcourir les quelques kilomètres en pente douce pour atteindre Issert (altitude 1055m), village aux granges traditionnelles sur pilotis.

P1030049

P1030048

Mais on garde le meilleur pour cette fin de matinée… Enfin une grimpette ! On a failli voir fondre les nouveaux muscles que depuis trois jours nous venions juste de découvrir !… Jolie montée en forêt, avec parcours didactique sur les champignons…

CIMG4948

et pause gourmande dans les framboisiers. Là, un israelien s’arrête à son tour en nous voyant nous régaler, me demande si c’est sucré et je lui apprends un mot nouveau. Il trouve framboise un peu difficile à prononcer, se demande si rouges comme elles le sont, elles sont à maturité, ne doivent-elles pas être noires ? C’est l’occasion de lui apprendre un deuxième mot nouveau mûre qu’il trouve bien plus facile à retenir !

P1030052

Arrivée à Champex Lac… petit resto, roesti et fendant… occasion d’un SPJ puisque nous sommes jeudi !

P1030057

Bizarement la petite montée qui nous reste, malgré la fraicheur du torrent que nous longeons, nous semble bien difficile !

P1030061

Au Relais de l’Arpette, nous avons le temps de nous poser un peu… et le panorama qui s’offre à nous laisse présager de la longue journée qui nous attend le lendemain !

P1030066

P1030068

P1030133

Dénivelés à la louche, du jour D+ 575m  D- 100m  , cumulés  D+ 3405m  D- 3045m

Commentaires sur T.M.B. Le jour des variantes

Sous le ciel bleu limpide, démarrage avec la pesée du sac… pour s’amuser… euh… 12,5 kg tout de même !

P1020982

P1020983

On laisse le refuge, pour descendre vers Courmayeur à pied puis… en télécabine ! Le top pour gagner du temps (nous n’avons que 6 jours de marche) , ménager les courbatures, les ampoules et économiser les genoux. Par rapport à l’excellent TopoGuides, meme avec les pauses, nous améliorons les temps de marche en montée, mais pas en descente ! Nous laissons le Mont Blanc pour découvrir les Grandes Jorasses.

P1020987

P1020985

P1020989

C’est ensuite un bus qui nous transporte tout le long du val Ferret jusque Arnuva, altitude 1776m,

P1020999

d’où nous partons à l’assaut d’Elena sous une forte chaleur. Mais la montée d’une heure environ est régulière, quoique parfois étroite. Des familles italiennes se rangent sur le coté pour nous laisser passer, nous, les piu veloce ! Elena, c’est un peu comme Elisabetta, on y passe la journée… La vue sur le glacier de Pré de Bar y est très belle. C’est une cure de civilisation pour nous qui nous en étions éloigné depuis 3 jours…

P1030002

Vite, reprendre de la hauteur. Le temps étant clément, les névés ayant fondu, la variante par le petit col Ferret, 2510m, est possible. Mais ça monte sec, il faut s’aider des batons et des mains et faire attention à ne pas se laisser emporter fort en contrebas par le poids du sac ! Les fleurettes laissent place à la pierraille…

P1030007

P1030008

P1030006

P1030018

Sur l’autre versant, vue sur le glacier du Dolent, impressionnant…

P1030027

P1030028

Mais la descente fort belle, avec arret myrtilles, nous semble très longue ! Nous croisons notre extraterrestre de la veille qui a parcouru la meme distance que nous, rien qu’avec ses pieds…

P1030030

P1030031

Et c’est plein de soulagement que nous atteignons le mignon refuge de la Léchère où la fin de l’excellent diner partagé avec un suisse et un couple d’allemands se termine par un échange trilatéral calva/ abricotine/ alcool de coing !

Dénivelés à la louche… du jour  D+ 734m  D- 1055m , cumulés depuis le départ  D+ 2830m  D- 2945m

Commentaires sur T.M.B. Journée panoramique

Dès le reveil, le ciel bleu et encore la lune…

P1020874

Montée matinale, à l’ombre, d’abord rapide en lacets, puis plus douce, moment magique lorsque la lumière arrive sur le relief à nos cotés…

P1020890

Nous croisons des moutons, des VVTistes en descente, qui nous disent bonjour avec un accent nordique…

P1020892

Sur notre gauche, le glacier des Glaciers, sous l’Aiguille des Glaciers, surplombe la vallée des Glaciers et happe le regard…

P1020884

P1020888

Un peu plus tôt, nous étions tout en bas…

P1020893

Et peu avant d’atteindre le col, LE voici !!!

P1020900

La vue du col de la Seigne, altitude 2516m est époustouflante ! Nous ne sommes qu’à 782km de Rome…

P1020908

P1020902

La descente dans le val Veni en Italie se fait d’abord avec la vache milk@ qui pourtant est suisse…

P1020911

P1020912

A la Casermetta, bergerie réhabilitée en espace pédagogique sur le massif du Mont Blanc, nous apprenons qu’une Ultra sieste du Mont Blanc est organisée juste avant l’Ultra Trail (elle ne sera probablement pas disputée par les memes participants) et que nous avons de la chance car c’est la 5ème journée de beau temps depuis le début de l’été ! Les panneaux solaires qui ressemblent à une oeuvre de Soulages peuvent fonctionner ! 

P1020914 P1020919

Nous commençons à longer le Monte Bianco (Italia!) et l’Aiguille Noire de Peuterey, panorama que nous aurons toute la journée sous les yeux…

P1020924

Au-dessus du refuge Elisabetta, apparait le glacier de la Lée Blanche…

P1020925 P1020929

P1020927

Une voie romaine encombrée comme une artère commerçante (les italiens vont déjeuner en famille au refuge… Il en est un, bronzé et musclé, que nous avons été nombreuses à repérer, on en a parlé entre filles rencontrées le lendemain !!!) nous repose de la descente avant d’arriver au lac Combal,

P1020933

puis d’aborder la traitre montée (dur, dur après celle du matin en pleine chaleur et digestion) vers l’Arp Vieille. Admirer le paysage, regarder les vaches alentours, écouter les russes en pause à coté, se dire que le russe est une langue agréable à entendre, boire un thé à la menthe, manger des barres de céréales, prendre son pied en photo lors d’une pause va nous requinquer…

P1020943

P1020941

pour terminer la montée avant de redescendre vers le col Checrouit. Une ampoule commence à se faire sentir (vite, on soigne!). Une marmotte dodue traverse le chemin… Elle sera la seule que nous aurons en ligne de mire de tout le TMB… 

P1020951

Le Mont Blanc de Courmayeur et l’Aiguille Noire de Peuterey continuent à nous subjuguer…

P1020955

L’arrivée au refuge de Maison Vieille est dignement fétée…

P1020962

P1020961

Et nous admirons le gout des italiens pour le design…

P1020960

et la décoration intérieure… tout en dinant avec une extraterrestre qui fait toute seule le parcours de l’Ultra Trail (166km) loin de la foule et pour pouvoir dormir en refuge… Elle était partie le matin de notre point de départ 2 jours 1/2 plus tot !

08

Et le soir, tout n’est que calme…

P1020979

P1020978

Dénivelés à la louche du jour  D+ 990m  D- 1015m  , cumulés depuis le départ  D+ 2095m  D- 1890m

PS… Ça m’énerve, mais impossible de mettre les accents circonflexes…

Commentaires sur T.M.B. Un départ sous le ciel gris …

Désolée, mais vous allez devoir subir mon Tour du Mont Blanc ! Par ordre chronologique, avec un récapitulatif des hébergements à la fin… Car il y a du bon et du moins bon dans ce domaine, autant vous prévenir !

Véhicule garé sur le parking de l’adorable chapelle Notre Dame de la Gorge aux Contamines. Altitude 1210m. Le ciel n’est pas très encourageant pour les festivités mariales du 15 aout qui se préparent.

P1020799

Notre chemin monte doucement vers le refuge de La Balme, altitude 1706m à 1h30 de marche de là.

P1020803

Le lendemain, le grand beau annoncé la veille par notre gardien, n’est point au rendez-vous… Et la montée vers le col du Bonhomme se fait en partie sous la cape de pluie.

P1020812

P1020813

P1020816

Ce sera ensuite le col Croix du Bonhomme, puis variante du TMB par le col des Fours, altitude 2665m, pique-nique avec salade piémontaise pas bonne mais qu’on mange quand meme…

P1020826

Les nuages se déchirent peu à peu et les roches en strates grises se transforment en courbes argentées,

P1020837

on arrive aux Tufs presque sous le soleil,

P1020838

avant d’atteindre La Ville des Glaciers, fromagerie (du beaufort…), 2 coqs, 2 poules et une jolie chapelle,

P1020859

P1020858

P1020849

P1020851 P1020857

P1020848

P1020860

puis notre refuge des Mottets par un chemin qui enjambe un ruisseau dans la douce lumière de fin d’après-midi…

P1020861

P1020862

Le soir, au refuge, c’est juste parfait. Et délicieux…  Après le diner, la jolie gardienne, petite-fille de l’ancienne propriétaire de la bergerie jadis, nous joue de l’accordéon ce qui fait briller les yeux des 13 russes attablés à nos cotés (à moins que ce ne soient les nombreuses bouteilles de vin blanc de Savoie qui produisent cet effet!) lorsque toute la salle chante Étoile des Neiges ou Mon amant de Saint-Jean. Dehors, le panorama vers le beaufortain est superbe !

P1020869

 Dénivelés à la louche depuis le départ… D+ 1645m   D- 875m

Commentaires sur Tribulations en N.P.D.C.

N.P.D.C. comme dirait la marque gallinacée de TShirt identitaire… Nord Pas-de-Calais pour les non initiés.

Tout d’abord un tour au château. Prenons Barly dont l’intérieur, réaménagé avec goût, et le parc se visitent… 

P1020681

P1020688

Oups… Fermé parce qu’on est lundi (alors que la Voix du Nord qui nous a appaté ne mentionnait pas ce jour comme fermé) et/ou pour cause de grève ?

P1020680

Toujours-est-il que ce petit village est doté d’un beau château qui peut-être se visite, teléphoner auparavant me semble utile, d’une église à l’étrange façade pour la région et de corps de ferme cossu et fleuri…

P1020684

P1020687

P1020696

P1020689

P1020691

Retour en passant par un autre petit village artésien, Basseux que j’ai beaucoup parcouru en vélo une fois mes armes faites sur la fameuse digue

P1020705

Un grand tour maintenant dans la capitale nordiste. Lille, ville aux deux visages. 

Façades colorées, parfois réhabilitées…

P1020706 P1020708

P1020707

P1020719

P1020718

P1020737

P1020735 P1020736

P1020742 P1020741

P1020744

et commerce populaire à Wazemmes…

P1020727 P1020728

P1020720

P1020729

P1020732

P1020730

08 NORD PDC1

Boutiques chics et/ou gourmandes (miam, les gaufres Meert, comme ICI d’aiileurs !)

P1020748

P1020768

P1020759

P1020764

et façades coquettes Rue Grande-Chaussée et alentours…

P1020749 P1020770

P1020753

P1020746 P1020747

P1020769

Et tout ça sous le soleil… bien que l’air soit un peu frisquet !

Allez, fini les vacances… Go home, now ! Pas pour longtemps, vous verrez…

Commentaires sur Un Chat Bleu, un cheval rouge et des chats bleus !

Après les éléphants gris-verts, et même si Delerm dans une de ses chansons dit à Chloé Si tes parents nous trainaient le WE faire du golf au Touquet, peut-être que tes parents on les verrait pas souvent…

Moi, je vous y emmène, au Touquet (j’imagine que Vincent D. n’est pas très gourmand) !

Emprunter la très courrue rue Saint-Jean (l’ai-je bien descendue peut-etre une préoccupation du WE !),

P1020660

Ecouter la fanfare qui provoque quelques embouteillages de 4×4 un peu plus haut,

P1020673

S’arrêter dans la boutique un brin désuète du Chat Bleu,

P1020774

08 NORD PDC

Aller jusqu’à la fameuse digue où j’ai appris à faire du vélo sans roulettes (euh…en mai 68 !) et rencontrer le cheval rouge,

P1020662

Puis, toujours cheveux au vent coiffée comme le petit cheval, descendre jusqu’à la plage…

P1020658

P1020666 P1020667 P1020668

P1020670

P1020669

J’aime me balader au Touquet, mais j’ai un gros faible pour la sauvagitude d’Hardelot

Mais à Hardelot, on ne trouve pas les chats bleus, petits feuilletés au chocolat noir, blanc ou au lait garnis de nougatine et de mousse pralinée !

P1020677

P1020679

Petit rappel si vous aimez Souchon… l’émission sur France Inter, il chante un baiser, c’est facilement podcastable… et c’est un régal à écouter !