Commentaires sur Les Fauves Hongrois à CERET

Voilà une exposition colorée et à découvrir, car ces peintres sont des quasi inconnus. Leurs noms ? CZOBEL, PERLROTT, ZIFFER, BORNEMISA…

CERET_FAUVES_AFFICHE

On arrive au musée d’art moderne de CERET par une rue ombragée de grands platanes.
L’entrée a été repeinte en teintes vives à l’occasion de l’exposition.

CERET_MUSEECERET_MUSEE_FACADECERET_MUSEE_HALL

Dès la première salle semi-circulaire, le regard est captif de ces couleurs franches, certains tableaux rappellent les oeuvres de GAUGUIN, MATISSE … artistes que les peintres hongrois ont cotoyé à Paris. Plusieurs de ces peintres ont exposé au fameux Salon d’Automne de 1905 où le nom de Fauve a été prononcé pour la première fois.

Paysages hongrois, en particulier du village de NAGYBANYA, ou parisiens, jardins, scènes de la vie quotidienne, nus aux couleurs « atomiques » comme disait un jeune visiteur à mes côtés. Peu de natures mortes.

Un peu de repos sur la terrasse, le temps de feuilleter le catalogue ?

CERET_MUSEE_TERRASSE

Une grande salle, dont certains murs ont été teintés de bleu outremer, présente une véritable galerie de portaits et auto-portraits, pas toujours à l’avantage du modèle. Souvent les artistes se représentaient l’un l’autre, Perlrott peignant Ziffer, Kernstok a peint Czobel au chapeau de paille …

La dernière salle est consacrée à József Rippl-Rónai, lié au groupe des Nabis lors de son séjour parisien. Ses toiles sont une multitude de petites touches de peinture directement sortie du tube. Ce peintre a vécu quelques mois chez les Maillol à BANYULS-SUR-MER en 1899, ses tableaux réalisés alors sont beaucoup plus sombres.

A la suite de l’exposition temporaire, on arrive dans la petite salle consacrée aux coupelles tauromachiques de PICASSO, réalisées en avril 1953. Un vrai bonheur, en quelques traits, peu de couleurs, les arènes prennent vie. D’autres plats et pichets réalisés à Vallauris sont également livrés au regard du visiteur.

D’autres artistes sont exposés dans ce beau musée. De mémoire, SOUTINE, MANOLO, PIGNON, KREMEGNE, GRIS, HERBIN, MAILLOL … et le plus cérétan de tous, Pierre BRUNE.

Quelle chance ce musée ! De très belles expositions temporaires, organisées souvent en collaboration avec d’autres musées comme La PISCINE de ROUBAIX. Les artistes ne sont pas toujours reconnus du grand public, comme LOUTREUIL, BIOULES, FRIESZ mais leurs oeuvres méritent amplement la visite. Il y a eu aussi des expositions qui ont attiré les foules comme celle consacrée à MATISSE-DERAIN – Collioure 1905, ou aux céramiques de CHAGALL.

Balade dans les rues de CERET à suivre …

8 réflexions au sujet de « Commentaires sur Les Fauves Hongrois à CERET »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>